Centre Jean Giono » Expositions » Expositions itinérantes

Expositions itinérantes

Les versions itinérantes de nos expositions sont proposées à la location. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à nous contacter : centregiono@dlva.fr, 04 92 70 54 54

Vous pouvez ici cliquer sur ce lien pour télécharger ce document :

Catalogue des expositions itinérantes PDF
Catalogue expo itinerantes j et v_Page_1

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Comme une marée

    La transhumance est une pratique millénaire qui perdure aujourd’hui, et l’un des plus vieux savoirs-faire de l’humanité.

    L’exposition « Comme une marée », vous convie à un véritable voyage avec les bergers de Jean Giono dans une transhumance entre la Provence et l’Alpe, à travers la poésie des textes de l’écrivain et des photographies de Marcel Coen, Emmanuel Breteau, François-Xavier Emery.

    Transhumer, c’est bien plus que passer d’une terre à l’autre (comme l’étymologie l’indique), c’est chez Giono, devenir soi-même autre par l’apprentissage d’un métier, celui de berger, qui initie aux grands mystères du monde à travers l’ascension vers la solitude des alpages.

    Ce que montre l’exposition au fil de deux récits tirés du Serpent d’étoiles (1930) et de l’Iris de Suse (1970), et à travers le travail des trois photographes, c’est que la transhumance chez Giono est avant tout un voyage initiatique… Le mouvement vers la pureté des sommets amène l’homme, toujours chez Giono, à sa vérité intérieure, à un face à face avec lui-même, dans l’exaltation d’une paix divine ou un sentiment tragique de vide et d’ennui.

    Photos

    • 1)b Comme une marée

  • Saison de poètes

    « Le poète doit être professeur d’espérance », affirmait Jean Giono dans l’Eau Vive. Il voulait en effet, pour atteindre cette joie que tout homme recherche, sublimer le quotidien par une écriture qui enchante la réalité.

    Cette exposition « Saison de Poètes », permet de mieux appréhender le « Giono-poète » à travers une mise en regard de deux textes poétiques : Sur des oliviers morts de Jean Giono et Sécheresse de Saint-John Perse. Les chemins de Jean Giono et de Saint-John Perse ne se sont jamais croisés ; pourtant, leurs œuvres se rencontrent à travers une même célébration du monde, méditerranéen surtout. Ces deux écrits de fin de vie témoignent des relations des deux poètes au pays, à une Provence rugueuse, parfois violente, en proie aux extrêmes climatiques.

    La présence du peintre Youl et du calligraphe Henri Mérou, permet une approche plus complète et sensible des textes.

    Exposition constituée de 12 tableaux (80×110), de 3 kakémonos (51×113) et de deux portraits des écrivains (63×53)

    Photos

    • Saison de poètes

  • Jean Giono ou le Cœur de Noé

    noé

    Noé, pour Jean Giono, n’est pas ce personnage biblique qui fit entrer tous les animaux de la Création dans une arche pour les sauver du déluge. Noé, c’est tout homme qui « emporte en lui-même les images du monde ». C’est aussi l’écrivain-poète, l’alchimiste, qui transforme le réel grâce à l’écriture poétique.

    Cette exposition propose de plonger dans l’arche d’un créateur qui poursuivit depuis sa plus tendre enfance, un fabuleux périple intérieur : il se définissait d’ailleurs lui-même comme un « voyageur immobile ». Elle tente d’éclaircir la genèse de cette œuvre foisonnante en mettant l’accent sur des périodes clés de la vie de Giono : l’âge d’or de l’enfance, son entrée à la banque, le traumatisme des deux guerres mondiales, l’expérience du Contadour…

    Exposition constituée de 20 présentoirs à images en acier léger avec textes et photos (1m x 1.20m) et de deux présentoirs de 0.80 x 2.20m.

    Montage vidéo réalisé par Jacques Mény disponible sur demande. Montage de l’exposition très simple, livret d’explications fourni.


  • Giono à Venise

    Affiche venise

    « Voyageur immobile », comme il se désignait lui-même, Giono se décida pourtant en 1951 à partir vers le pays de son père et de son grand-père, ce territoire où il avait déjà largement laissé voguer son imagination.

    Mais le récit qu’il fit de son voyage est pour le moins original. Ne s’attachant pas à décrire les lieux attendus, musées et monuments prestigieux, Giono nous offre plutôt un tableau de sensations, d’impressions et d’émotions : un véritable voyage poétique dans une autre dimension de l’espace et du temps.

    Cette exposition vous invite à découvrir avec Giono l’âme vénitienne qui sait à merveille enchanter la réalité et en extraire la saveur poétique.

    Exposition en cours de restauration, disponible pour le printemps 2017 , constituée initialement de 45 photos de diverses dimensions, accompagnées de textes.

    Photos

    • Venise 2
    • Venise 1

  • La Maison d’enfance de Jean Giono

    Affiche Maison d'enfance

    Véritable invitation au voyage, cette vidéo réalisée par Willy Legaud propose de vous emmener dans les quatre espaces fondateurs de la sensibilité et de l’imagination de Jean Giono : l’atelier de repassage de sa mère et des ouvrières, la cour intérieure, l’atelier du père cordonnier et le grenier, qui furent à l’origine de sa vocation d’écrivain.

    Ce montage réalisé au Centre Jean Giono en 2008, met en scènes des textes de l’écrivain, des images fixes ou animées, des ambiances sonores, des lumières et des objets symboliques.

    Matériel nécessaire : 2 écrans, 2 haut-parleurs, 2 vidéo-projecteurs, 1 lecteur DVD et 1 caisson.


  • Les grands chemins de l’écriture à la calligraphie

    6)a Calligraphie

    Amateur de calligraphie et de beaux caractères, Jean Giono se passionnait pour la typographie et suivait de près l’édition de ses ouvrages de bibliophilie. Le geste d’écrire apparaît chez lui comme un immense plaisir sensuel et il évoque son bonheur de tracer de belles lettres avec une plume sur la page vierge.

    Cette exposition rassemble le travail de dix-sept artistes contemporains et internationaux. Rendant un hommage unique et sans précédent à Jean Giono, ils ont sublimé les textes de l’écrivain par la calligraphie, chacun avec un style bien personnel.

    Exposition constituée de 38 œuvres de calligraphes et d’un panneau d’introduction.


  • Le cinéma de Jean Giono

    Affiche Cinéma

    Le cinéma a toujours passionné Jean Giono qui le considérait comme l’art complet par excellence.

    Cette exposition présente le regard que portait Jean Giono sur le 7e art : du cinématographe Lumière à la Nouvelle Vague, en passant par le cinéma muet et poétique des années vingt qui le fascinait. Elle évoque également les relations de l’écrivain avec de grands cinéastes de son temps : Abel Gance, Jean Renoir, Luis Bunuel… ainsi que son activité de créateur. Ecrivain, Jean Giono a également été un cinéaste longtemps méconnu et réalisateurs de nombreuses œuvres cinématographiques. Toujours à la recherche d’un cinéma nouveau et libre, il travailla pendant plus d’un an à l’adaptation d’un de ses romans, Un Roi sans divertissement, saluée par Jean Cocteau comme « le film royal de Jean Giono ».

    Exposition constituée de 8 panneaux imprimés sur toile enduite (84×192)

    Photos

    • 7)a Cinéma
    • 7)b Cinéma
    • 7)c Cinéma

  • Jean Giono

    Jean Giono

    Cette exposition, co-produite avec la bibliothèque départementale de prêt des Alpes-de-Haute-Provence, retrace les grandes lignes de la vie et de l’œuvre de Jean Giono.

    A travers des citations de l’écrivain, des documents d’archives (photos, lettres…) et des illustrations de peintres contemporains, elle invite à comprendre la genèse de l’évolution d’une œuvre majeure dans la littérature française du XXe siècle.

    Exposition constituée de 8 panneaux légers, imprimés sur toile enduite (0.80×1.35m)

    Photos

    • Jean Giono
    • 8)b Jean Giono

  • Giono, piéton de Marseille

    « Ville d’or », cité fabuleuse et démesurée, Marseille a toujours fasciné Jean Giono et stimulé son imagination.

    A la vie grouillante et inhumaine des cités, l’écrivain préférait souvent la paix et la solitude de son haut pays provençal. Mais «en vadrouille» dans Marseille, où il séjourna de nombreuses fois, son imaginaire trouvait matière à transfigurer le réel : ainsi dans tout le quartier du boulevard Baille, les façades des maisons, les boutiques, se couvrent de feuillages (ceux des parcs disparus du siècle dernier) ; à côté de ses amis ou de passagers d’un tramway, il rencontre les héros de ses romans, Angelo le hussard notamment …

    Avec Jean Giono, réel et imaginaire se mêlent constamment !

    Exposition en cours de restauration, disponible pour le printemps 2017 constituée initialement  de 38 panneaux (0.75 x 1.80 m)

    Photos

    • 9)b Marseille
    • 9)a Marseille