Cette superbe bâtisse provençale du XVIIIe siècle fut le premier hôtel particulier construit hors des murs de la vieille ville, de 1783 à 1786, à la place de jardins et de remises.
Il appartenait à Monsieur de Raffin qui a tenu une grande place dans l’histoire de la cité pendant les années révolutionnaires. Maire et député, sa modération, son désintéressement et ses capacités ont évité bien des déboires aux Manosquins.
Cette demeure est restée propriété des héritiers de Monsieur de Raffin (familles d’Audiffred de Beauchamp, puis d’Herbès) jusqu’en 1940 où elle fut achetée par Monsieur Aubert-Millot (qui deviendra maire de Manosque à la Libération).

La municipalité a racheté cet hôtel particulier aux héritiers d’Aubert-Millot en 1990. Après une réhabilitation intérieure fort réussie (dallage d’anciennes tomettes provençales, menuiseries du XVIIIe siècle, très beaux plafonds…), le Centre Jean Giono a pris place dans ses murs.

Jean Giono ne quitta jamais sa ville natale, Manosque, dont le nom est associé dans le monde entier à l’œuvre de ce romancier prodigieux. Aussi la municipalité de cette ville créa-t-elle, en 1992, sur l’impulsion de l’Association des Amis de Jean Giono et de la famille Giono, un espace culturel destiné à promouvoir l’œuvre de l’écrivain.

Depuis 2016, l’Hôtel Raffin abrite le Centre culturel et littéraire qui regroupe le Centre Jean Giono et des associations à vocation littéraire autour du développement de la lecture – Les Correspondances, éclat de lireEditeurs du Sud – ainsi que le service des Archives municipales.