Giono fragments d' un Paradis 1

Fragments d’un paradis (1948)

  • Editeur : Gallimard – L’imaginiare
  • Genre : roman

À propos

“Fragments d’un paradis éclaire enfin sur l’art poétique de giono et sa véritable religion de l’imaginaire verbal.
Peu lui importe de n’avoir pas navigué ; pour giono le réalisme n’existe pas et ne saurait exister. dans la mesure oú il procède de forces supérieures à l’imagination humaine, le réel doit être, selon lui, plus fabuleux et incroyable que toutes nos chimères. ainsi faut-il admettre l’irruption de sensations purement terriennes dans l’univers marin, dont c’est une des caractéristiques de les exclure. les raies géantes ont des odeurs de ” champ de narcisses “.
Comme au-dessus de manosque, le ciel des antipodes a des ” grésillements de braise ” et les étoiles ont “des cris de cristal “. on voit les images surgir, se polir, et garder mystérieusement leur palpitation première. ce n’est sans doute pas un hasard si l’oiseau y tient une grande place. son frémissement évoque physiquement ce que giono attend des mots eux-mêmes. ainsi tombe le soir ” rouge et terne comme un coq malade “, ou telle ” une aile de feu déployant ses plumes “.