KB2765_C29_01, 31-03-2005, 13:05,  8C, 3146x3790 (2806+1947), 100%, Hogtep_Literat, 1/100 s, R41.2, G25.3, B33.6

Village (1950)

  • Editeur : La Manufacture
  • Genre : essai
À propos

“C’est au village que les travaux et les jours ont toute leur noblesse’, ainsi commence le récit de Jean Giono: Village. Le village en question est Lalley, où habitait l’artiste Édith Berger. Elle fit aussi les illustrations pour ce court récit que Giono écrivit en février 1950. Son biographe, Pierre Citron, a noté que ce récit avait été écrit dans le style tardif ‘désinvolte, acéré’ de Giono mais qu’en réalité le thème était pour lui périmé. Il régnait encore dans ce village l’ambiance bucolique des poèmes de Virgile, un environnement paisible, exempt des démons qui apparaissent dans un autre livre de Giono issu de cette période, Faust au village. Cette nostalgie était nourrie par des pensées tourmentées sur la France de l’après-guerre: Giono était à la recherche du bonheur de la période de son enfance.

Giono a écrit sur la simplicité et le naturel de la vie à la campagne. Il voyait comme les deux ennemis de l’homme moderne: la vie citadine et l’intelligence. En revanche il y a les alliés naturels: paysage et intuitions, animaux et traditions ancestrales. Il espérait que les paysans se révolteraient contre la modernisation de la vie; cependant, dans son propre récit (Village) ceux-ci ne s’y préparent pas. ‘S’il parle de bon ou de mauvais caractère, soyez assuré que c’est de bêtes et non de gens qu’il s’occupe’. Un autre propos du livre: ‘Notre époque d’électricité (ne disons pas plus), qu’est-ce qu’elle est capable de voir dans un mouton, à part des côtelettes!”